L'hypothèse du lézard

Collection Graphic
Disponible Disponible

Livre papier
978-2-37686-255-0
Parution : 29 mai 2020

128 pages
Façonnage : relié sous jaquette

Prix de vente : 19,00 €

Illustrateur (intérieur) : Cindy CANÉVET

L'hypothèse du lézard

Som-Som est vendue par sa mère à la Maison sans Horloges de Liavek. Elle va être soumise au Silence et porter le Masque brisé qui la destine à devenir l'amante des magiciens et la gardienne de leurs secrets. Isolée par son incapacité à communiquer, elle va alors assister à l'histoire d'amour violente et cruelle entre Foral Yatt et Raura Chin, deux comédiens qui résident avec elle dans la Maison sans Horloges. 

L’illustratrice Cindy Canévet a réalisé la très remarquée couverture de Je suis Providence, la biographie de référence sur H. P Lovecraft. Elle donne cette fois vie à la ville de Liavek et aux personnages de L’Hypothèse du lézard, une nouvelle fantasy signée par le grand Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta).

Traduction de Patrick Marcel. 

Revue de presse

"L’hypothèse du lézard, un conte psychologique, dérangeant, voyeuriste, fantaisiste, échangiste… Notre vie à travers le prisme distordu du reptile, Alan Moore…" chroniquesdesfontaines

Une très belle chronique sur actuabd.com/Lancement-de-la-collection-Graphics-aux-editions-ActuSF  

Chronique de Rôliste TV en vidéo sur youtube : 5 Livres pour l'été

"C’est un récit qui bouscule et qui donne à réfléchir, réflexion encouragée par les sublimes illustrations de Cindy Canévet. Chacune parvient à capturer un moment précis de l’histoire ! Entre récit poétique et réflexion philosophique." lecteurs.loeilde

"Un texte court, magnétique et troublant. D’une cruauté constante. D’une précision captivante. Une écriture profonde où s’enlise avec fascination la volonté du lecteur. Mention spéciale pour les illustrations tout à la fois figuratives, immersives et inspirantes. LISEZ !" facebook.com/georges.foveau

"Le travail visuel est juste ouf. C'est sombre, doux, mais en même temps un peu glauque, pas trop quand même ; tout en étant légèrement onirique, juste ce qu'il faut. Un équilibre maintenu tout au long et qui nous plonge dans un univers visuel extrêmement fort. J'ai adoré les dessins, la force qu'ils contiennent, mais aussi le lien au récit, et le fait que l'un vive dans l'autre.  Les personnages sont fascinants et d'une beauté incroyable, les découvrir est un délice, à l'image du graphic en entier. C'est beau, c'est tellement beau que vous devez absolument le lire !" nelle_eb sur instagram

"L’hypothèse du lézard est une novella écrite par Alan Moore et illustrée par Céline Canévet. Ces illustrations se marient à merveille avec l’ambiance gothique, désenchantée et oppressante de ce texte court qui raconte une histoire d’amour tragique entre deux comédiens au genre incertain. C’est finalement un drame ordinaire que dépeint Alan Moore, un drame ordinaire dans un univers fantasy et saupoudré d’une impitoyable cruauté." ombrebones

"Menée comme une tragédie grecque, la novella infuse et impressionne l’esprit du lecteur, fasciné par le venin narratif, par une écriture opalescente et térébrante. Cindy Canévet vient marier son dessin, et parfois sa couleur au récit, accentuant son trouble et sculptural érotisme, insistant sur le feu passionnel et la morbidité, en un festival d’encre de Chine, ce qui permet d'offrir un beau livre, de plus cartonné, relié, avec signet rouge-feu." thierry-guinhut-litteratures.com

"C’est un récit qui bouscule et qui donne à réfléchir, réflexion encouragée par les sublimes illustrations de Cindy Canévet. Chacune parvient à capturer un moment précis de l’histoire ! Le récit d’Alan Moore, illustré par le coup de crayon de Cindy Canévet, nous plonge au coeur d’un récit assez énigmatique où la poésie de la plume et des dessins viennent souligner une réflexion plus personnelle et philosophique sur le rapport au corps, à l’autre mais aussi le rapport à la sexualité." lecteurs.loeilde.com

"Tourner les pages de L'Hypothèse du lézard est autant un enchantement pour les yeux qu'un billet pour embarquer à nouveau vers une cité imaginaire qui a déjà fait beaucoup parler d'elle. Observatrice avisée, l'héroïne  nous ouvre la porte d'un monde violent et cruel que l'illustratrice Cindy Canévet a parfaitement mis en valeur ici. Sa prédilection pour l'encre de Chine met en lumière toute l'étrangeté de cette sombre histoire." fantasyalacarte

"Rééditée dans la récente collection Graphic d’ActuSF, cette novella fantasy d’Alan Moore prend vie grâce aux superbes illustrations de Cindy Canévet, dessinatrice française reconnue, entre autres, pour son travail sur la biographie de Lovecraft. Quant au style singulier d’Alan Moore, génie de la plume incisive et profonde, il est ici remarquablement mis en valeur grâce à la brillante traduction de Patrick Marcel. Une très belle réussite pour la nouvelle collection Graphic d’ActuSF !" avoir-alire

"L’hypothèse du lézard : une novella puissante, cruelle et envoûtante, superbement mise en image. Les illustrations de Cindy Canévet se prêtent magnifiquement à ce récit. Leur esthétisme, leur froideur mêlée de sombre poésie ajoutent une touche très forte. Parfois séparées, parfois entremêlées au texte, elles le subliment avec un talent incontestable. Le livre est superbe, avec une couverture cartonnée du plus bel effet, des pages grisées en papier épais où se déploient les dessins en noir et blanc, entrecoupés de quelques planches glacées en couleurs. Une lecture fascinante à bien des égards, qui hante le lecteur longtemps après…" lagrandeparade

"Et puis il faut dire qu’elle est fascinante, cette histoire, dans le vrai sens du terme. On navigue entre répugnance et curiosité malsaine. L’ambiance est sombre et raffinée, nimbée d’un érotisme dérangeant, les alcôves de la Maison sans Horloges sont peuplées d’un éventail de monstres sublimes. L’horreur la plus perverse côtoie une fragile délicatesse. Le style lui-même est d’une précision chirurgicale. La traduction rend tout à fait justice à son esthétisme, ce qui renforce encore le contraste avec la cruauté du récit. Le talent de l’auteur ainsi que de l’illustratrice est indéniable... Une chose est certaine : cette lecture m’a marquée." livropathe

"Un roman graphique coup de cœur : un univers sombre et fascinant, des personnages ensorcelants, un récit dans lequel la tension monte petit à petit jusqu’à ce que le lézard morde sa propre queue. Une histoire magnifiquement illustrée par Cindy Canévet. Une très belle réussite pour la nouvelle collection Graphic d’ActuSF !" livraisonslitteraires

"L’Hypothèse du Lézard est donc un objet ravissant, qui bénéficie d’un graphisme jeune et d’une écriture reconnue, même si cette entrée dans le bizarre est toujours particulière quand il s’agit d’Alan Moore. Ces illustrations sont bien immersives et font vivre différemment cette histoire si particulière." lebibliocosme

"En offrant un nouvel écrin à L’hypothèse du lézard d’Alan Moore, la collection Actusf Graphic a fait un très beau travail surtout grâce aux formidables illustrations de Cindy Canévet qui magnifient une histoire à l’atmosphère sombre et glauque. ...l’objet livre est une belle réussite." aupaysdescavetrolls

"Cette novella m’a bien retournée, je l’ai beaucoup aimée à la fois pour l’atmosphère, l’univers introduit, la complexité des personnages et l’histoire. Je l’ai lue l’espace d’un court après-midi, et elle confirme Alan Moore comme étant pour moi un auteur majeur qui, à partir d’une histoire relativement courte, arrive à poser un cadre original et à approfondir des sentiments pas jolis-jolis inhérents à l’être humain, sans sombrer dans le pathos. Un mot sur l’objet-livre, qui est vraiment très beau, avec sa couverture cartonnée." lesnotesdanouchka

"L'hypothèse du lézard" est un ouvrage de fort belle réalisation. Couverture rigide, jaquette, signet. Il embellira une bibliothèque. Les illustrations de Cindy Canévet, certaines pleine page, certaines sur papier glacée, font pénétrer le lecteur dans l'univers inquiétant et profondément exotique de Liavek. C'est un très beau travail, tout en nuances, d’une grande précision sans jamais verser dans le réalisme. Le texte est intrigant. Interrogeant – sans excès – l'identité, le ressentiment, et l'identité, il propose une histoire toxique de dépossession ultime, ici motivée par la vengeance." quoideneufsurmapile