Actualités

Où l'on parle d'H.P.L.

Roland Wagner nous a tragiquement quitté le 5 août dernier... Cachou, sur son blog, lui rend hommage avec la lecture d'H.P.L, le tout premier livre publié par les éditions Actusf.

 

"H.P.L. (1890-1991) est une nouvelle amusante et malicieuse qui ravira surtout les amateurs du genre en général ou de l'auteur en particulier." 

Thomas Day revient sur Women in chains

Thomas Day revient longuement sur son recueil de nouvelles, Women in chains, sur le blog d'Unwalkers.

 

Petit extrait :

 

"4 Je ne vais pas revenir sur chaque nouvelles, vous êtes assez explicites en fin de livres, juste un petit truc, pourquoi une telle délocalisation de la violence. Avec des nouvelles, pourquoi pas tout concentrer dans un seul roman ? 

 
Ecrire un roman sur le sujet ne m’intéressait pas. 
 
Me cantonner à la France ou un autre pays ne m’intéressait pas non plus. 
 
Je voulais que ça crépite ; pas un truc long, localisé, profond, comme une chute libre dans un puits. 
 
Je pourrais presque faire un director’s cut du recueil avec un texte supplémentaire sur les femmes chinoises qu’on avorte de force dans les 7,8 et 9e de grossesse et qui se font prendre en photo avec leurs fœtus mort. Le sujet des violences faites aux femmes est sans fonds, mais de là à y revenir tout de suite, je crois pas. 
 
(Ce bouquin m’a épuisé, je n’ai toujours pas réécrit depuis que j’ai mis un point final à « Poings de suture » il y a un an). 
 
Par contre, le sujet que je m’étais toujours interdit d’aborder, la pédophilie, parce qu’il me semblait tellement délicat et déjà traité à toutes les sauces, est au centre d’un de mes prochains textes (sans doute un court roman). 
 
Je ne sors pas de la violence, ça m’est impossible."

Women in chains, coup de coeur de la Fnac !

Women in chains de Thomas Day est coup de coeur de la Fnac Boulogne

 

"Ce nouveau recueil de nouvelles que nous propose Actusf est un indispensable s'il on aime ce format d'écriture et la science-fiction. Thomas Day, monument du genre construit cinq nouvelles sur la thématique des femmes et de la violence. Crue, efficace, parfois même enrichissant, une vraie réussite du genre." 

Le Guide Dick continue de faire parler de lui

 

Deux nouveaux avis pour Le Petit Guide à trimbaler de Philip K. Dick d'Etienne Bariller.

 

On commence par le papier élogieux de Pierre-Paul Durastanti dans Bifrost 67 :

 

"Philip Kindred Dick nous a quittés il y a trente ans; Il a laissé une oeuvre abondante (romans, nouvelles, non-fiction) qui a d'ailleurs encore grandi dans l'intervalle, avec la publication de tous ses romans de littérature générale restés inédits, de deux romans de SF posthumes, de quelques nouvelles retrouvées, et, tout récemment, du premier volume d'une sélection conséquente du journal, dit "l'Exégèse", qu'il a tenu durant la dernière décennie de sa vie pour essayer de comprendre certains événements de sa vie personnelle (cette dernière parution est d'ailleurs en cours de traduction).

Ce foisonnement textuel, cette vie paradoxale, Etienne Barillier parvient à en tracer un portrait-puzzle dont la maestria laisse un peu pantois.

Son petit guide est redoutable d’efficacité. Organisé en plusieurs parties (les livres, la biographie, les adaptations, les études, etc.) elle-même chapitrées, entrecoupé de séries de questions/réponses sur des points précis (le bonhomme, "l'Exégèse"...), doté d'un regard critique au point de proposer une sélection des meilleurs romans et nouvelles, proposant une fiche sur tous les bouquins - même les manuscrits perdus, même l'ultime roman resté à l'état de synopsis - respectueux et ludick ludique, non seulement il constitue la porte d'entrée idéale pour qui voudrait s'informer en détail sur le sujet sans y connaître quoi que ce soit a priori, mais il réussit même à apprendre quelques trucs à de vieux singes qui croyaient vraiment tout savoir de leur écrivain préféré. (Comprendre : moi, par exemple.)

La couverture est superbe. Le prix dérisoire. 

Une telle perfection est suspecte au fond. Espérons que la bistouille viendra mettre un peu d'entropie dans cette belle mécanique. En attendant si PKD vous intéresse un tant soit peu, ne cherchez pas plus loin." 

 

Le guide est également coup de coeur de la Fnac de Reims :

"Evitant les écueils du trop ou du trop peu, ce petit ouvrage est une mine d'or pour qui veut trouver son chemin dans l'oeuvre labyrinthique du cultissime écrivain américain. Pertinant, synthétique, indispensable." 

Espaces insécables : nouvel avis

 

Sylvie Lainé conquiert un nouveau lecteur avec son recueil Espace insécables : il s'agit de Xapur :

 

"Sylvie Lainé, en quelques pages, arrive à chaque fois à planter un décor cohérent, qui sert de toile de fond à ses histoires. Partant de thèmes classiques de la SF, elle les détourne pour s’intéresser aux interactions entre ses personnages. Amour, déception, rencontre ou séparation, sont ainsi au coeur de ces nouvelles dans lesquelles il faut, volontairement ou pas, faire un choix.

Un auteur que j’ai pris plaisir à découvrir, et un recueil très agréable à lire." 

Numérique : un recueil de Timothée Rey

Vient d'être mis en ligne, un court recueil de trois nouvelles fantastiques de Timothée Rey, La Providence du reclus.

 

“Lundi 23 octobre 2006. 10 h 48. J’ai affreusement peur. Je n’ose parler à personne, chez moi, de ce que je crois avoir découvert hier dans cette maison du vieil Annecy… Je dois pourtant en avoir le cœur net. C’est sans doute de la folie, mais je vais y retourner.”
 
Il se passe des choses étranges dans les Alpes. À Annecy, un homme découvre l’indicible dans une vieille maison. Un peu plus loin dans les montagnes, une légende horrifie un petit garçon. Enfin Nicolas, le héros de « Trente-six, dix-neuf », enquête sur les croyances d’un petit village... À lui aussi l’enfer est promis...
 
Auteur remarqué des recueils Dans la Forêt des astres et Des Nouvelles du Tibbar aux éditions des Moutons électriques, mais aussi de Caviardages à la Clef d’Argent, Timothée Rey s’est fait une spécialité des nouvelles. Avec La Providence du reclus, il nous offre trois nouvelles dans la plus pure tradition du fantastique. L’ombre de Lovecraft n’est jamais loin...

Women in chains : nouvel avis

C'est au tour de Nébal de donner son avis sur son blog sur Women in chains de Thomas Day. Et il n'est pas avare en compliments... On vous laisse juger :

 

"La plume de Thomas Day, impeccable, fait des miracles dans chacun de ces cinq textes ; malgré la thématique aisément porno-trash, l'auteur stupéfie par son sens de la mesure ; les textes sont justes, sans jamais sombrer sur les écueils de la complaisance comme de la dénonciation qui ne coûte rien. L'auteur manie ainsi son sujet avec une adresse digne des plus grands, pour un résultat qui ne saurait laisser indifférent.

Au risque de me répéter, c'est là peut-être ce que j'ai lu de mieux de la part de Thomas Day ; un recueil à ne pas mettre entre toutes les mains, probablement ; un recueil ardu, difficile, sans doute ; mais une franche réussite, qui coupe le souffle et laisse le lecteur K.O." 

Nouvel avis pour Women in chains

Boudicca sur Babelio a lu et aimé Women in chains de Thomas Day !

 

"Une lecture difficile donc mais nécessaire, le sujet de la violence faite aux femmes étant trop souvent passé sous silence. « Women in chains » a le mérite d'en parler, de façon originale certes mais non pas moins sérieuse. Un recueil poignant après la lecture duquel on ressort groggy et pas totalement indemne.

Deux chroniques pour le petit guide Dick !

Et deux chroniques de plus pour Le Petit Guide à trimbaler de Philip K. Dick signé Etienne Barillier !

 

La première est de Chris de Mythologica.net :

 

"Il convient également de mettre en avant la remarquable illustration d’Alexandre Bourjois où on reconnaît le visage de Philip K. Dick reconstitué par les titres de ses œuvres. Esthétiquement, c’est une réussite qui nous emmène vers des dimensions du réel que Dick n’aurait pas reniées. Un ouvrage sans concession et qui éclairera aussi bien les fans que ceux qui découvrent l’œuvre de Philip K. Dick dont l’influence n’a pas fini d’inspirer de nombreux artistes, même de nos jours." 

 

La seconde de Yossarian sur son blog : 

"Les éditions ActuSF ont fait appel à Etienne Barillier pour nous concocter un petit guide, ne tenant pas dans la bouche mais dans la poche, concis, informatif, délaissant l'exhaustivité au profit de l'efficacité. Il s'agit en effet de donner envie, de tracer des pistes à explorer et de faire œuvre de passeur. Sur ce dernier point, le contrat est rempli." 

Guide Dick : nouvelle chronique

Une chronique signée Cachou sur le Petit Guide à trimbaler de Philip K. Dick d'Etienne Barillier.

 

"Au final, Le petit guide à trimbaler de Philip K. Dick est une lecture étonnamment plaisante qui offre une base appréciable à tout qui veut découvrir Dick ou le connaître un peu mieux. De plus, son petit prix permettra aux curieux de céder facilement à la tentation (chose assez rare pour être soulignée)."

Où l'on reparle de Crépuscules

Un nouvel avis pour Crépuscules de Thierry Di Rollo, sur le blog de l'autre Tigre :

 

"Je dois avouer que le thème du vampirisme est pour le coup sacrément renouvelé "du côté adulte de la force", voilà un recueil qui ne plaira pas aux amateurs de Twilight, cela suffit donc à le crédibiliser aux yeux de tous les amateurs de littérature fantastiques "sérieuse"."

Deux nouveaux avis pour le guide Dick

Deux nouveaux avis pour Le Petit Guide à trimbaler de Philip K. Dick d'Etienne Barillier.

 

 

Le premier est signé Marc sur son blog :

"Ce livre a beau être petit à côté de ce qui a déjà été écrit sur Dick, il en reste pas moins d’une grande utilité pour l’amateur de science-fiction que je suis et qui n’est pas un « Dickien ». Que me faut-il de plus pour découvrir l’œuvre de l’auteur ? Rien, à part ce petit guide d’Étienne Barillier, qui remplit très bien son rôle. Très bonne initiative !" 

 

 

Le second Pierre-Paul Durastanti sur le forum d'Actusf :

"Je l'ai beaucoup aimé ; j'ai été séduit, voire impressionné par la quantité d'informations qu'il contient, la sûreté des choix et la couverture. Ce n'est pas tous les jours qu'un essai de ce type peut enrichir aussi bien le néophyte que le connaisseur. Chapeau !" 

Skin Trade : nouvelle chronique

Une nouvelle chronique de Skin Trade signée Jean-Pierre Laigle dans le dernier Solaris.

 

"Ce n'est pas un roman. Disons: un court roman ou une longue nouvelle. Aussi, pour justifier son prix, ont été rajoutés une préface et un épais dossier sur l'auteur (biographie, étude sur Le Trône de Fer et sur d'autres livres, bibliographie, liste des prix remportés et références diverses). Skin Trade a remporté le World Fantasy Award en 1989. Cette traduction est donc un rattrapage. 

 
C'est d'abord un récit policier: les héros sont Randi Wade, détective privée, et son peu entreprenant soupirant, Willie Flambeaux, agent de recouvrement. Sauf que ce dernier est aussi un loup-garou, mais gentil: il contrôle ses métamorphoses et n'a jamais été au-delà de dévorer la moitié d'un pitbull. Il faut dire que son hérédité lycanthropique est un peu diluée. Voilà pour le Fantastique. 
 
 
C'est encore une histoire assez gore. Une petite ville états-unienne devient soudain le théâtre de meurtres horribles: deux femmes sont retrouvées complètement écorchées. Détail bizarre: elles étaient attachées par des chaînes en argent qui leur ont brûlé les chairs. À l'évidence, c'étaient des louves-garou. Qui donc a besoin de leurs peaux pour se transformer à son tour? 
 
 
Car la ville est depuis toujours un fief lycanthropique. Mais ses maîtres tiennent à la discrétion et font la police entre eux pour que les humains normaux ne soupçonnent rien. Ils faut dire que, fort métissés, cette engeance n'a en général rien de monstres sanguinaires. À côté des gentils, il y a pourtant quelques psychopathes: que peut faire un loup-garou des peaux de ses congénères? 
 
 
En fait, l'explication est plus compliquée dans ce récit habilement conté où les loups-garou tentent de laver leur linge sale en famille en faisant le moins de vagues possible, quitte à sacrifier leurs congénères gênants. Par son humour et son astuce, Skin Trade renouvelle le thème. Il amusera aussi bien ceux que rebute l'inflation lycanthropique que ceux qui regrettent les bons vieux monstres de jadis."

Première chronique pour Le Guide Philip K. Dick

La première chronique du Petit Guide à trimbaler de Philip K. Dick d'Etienne Barillier est signé Nébal.

 

"Ben finalement, c’était pas mal du tout, ce petit guide. Certes pas une lecture indispensable (...) mais un bon moyen – eh oui, pour une fois, ça marche – de découvrir en douceur l’auteur et son œuvre, à l’heure des rééditions. Il sera toujours possible d’approfondir plus tard. En attendant, ce petit guide remplit donc parfaitement son office."

Women in chains : nouvelle chronique

C'est au tour de BlackWolf de Blog-o-livre d'avoir lu Women in chains de Thomas Day... Et apparemment il a aprécié vu qu'il lui donne une note de 8/10 !

 

"Voilà un recueil de nouvelles vraiment choc qui traite des différentes violences faites aux femmes. L'auteur le fait de façon vraiment percutante où se mélange sexe, violence, sang et souffrance mais aussi d'autres émotions. Ces textes ne sont pas tous au même niveau mais nous offrent vraiment de quoi réfléchir et m'a surtout vraiment laissé démuni devant le côté réaliste et plausible de certaines horreurs. Des nouvelles coup de poing qu'il ne dépendra qu'à vous de voir si vous voulez vous laisser tenter. Mais je vous aurai prévenu ce recueil ne vous laissera vraiment pas indifférent et risque d'en frapper plus d'un." 

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53