Actualités

L'antho Utopiales 12 refait parler d'elle

Nouvelle chronique de l'anthologie Utopiales 12 sur le blog d'Olivia :

 

"Et honnêtement, je n'ai pas été déçue. Ce recueil m'a permis de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas, et que j'ai beaucoup apprécié (...), m'a permis de lire des auteurs que je connais très bien et de découvrir leur mode "nouvelles" (...), et enfin, de pleurer à chaudes larmes en lisant l'hommage fait par Ayerdhal à un auteur de génie." 

Nouvelle chronique pour Les 5 rubans d'or

Une nouvelle chronique des 5 rubans d'or de Jack Vance signée Cornwall :

 

"Je me suis donc régalée avec ce space opera : Paddy n’en loupe jamais une et loin d’être un héros accablé par le sort, il sait toujours sortir son épingle du jeu. Le roman est court, se lit très vite et j’ai été très agréablement surprise de constater à quel point Vance a su planter un monde riche et cohérent. Une lecture sans prise de tête et divertissante, mais qui n’en reste pas moins très intelligente …" 

Une de plus pour L'une rêve, l'autre pas

Mariejuliet a lu L'une rêve, l'autre pas de Nanc Kress :

 

"A travers cette histoire c'est bien la place de l'autre dans la société, l'acceptation et/ou le rejet de la différence qui est traité. Un livre qui fait se poser des questions, sans tomber dans une moralisation facile. Accepter l'autre ou pas? L'aider ou pas? Mais est-ce si simple? Le thème m'a d'autant plus marqué, que j'ai lu ce livre en plein débat sur le mariage pour tous... Une histoire publiée pour la première fois en France en 1993, mais un sujet toujours d'actualité. A lire." 

Un nouvel avis pour Contrepoint

Cette fois, c'est Nevertwhere qui a lu l'anthologie Contrepoint :

 

"En tout cas, pour un ouvrage offert, je suis agréablement surprise : des textes originaux, un véritable travail éditorial, on n’est pas volé sur la marchandise." 

Trois recueils de Karim Berrouka en numérique

Trois recueils de Karim Berrouka sont désormais disponible en numérique.

 

Il y a des nains furieux qu’on leur ait dérobé leur or, Jack qui n’est pas très pressé de monter à son haricot, Cloclo qui se réincarne dans le métro et des jeunes filles habillées de blanc qui hantent les routes la nuit...

Mais il y aussi des enquêtes glauques et angoissantes, l’enfer des combats à Falloujah et des ombres qui, chaque soir, dansent pour leur public.

Entre fantasy et fantastique, Karim Berrouka nous propose un livre où le rire se mélange à l’effroi. Des délires les plus fous aux atmosphères les plus sombres, peut-être bien, au fond que les ballons dirigeables rêvent parfois de poupées gonflables...

 
 
Deux recueils seront uniquement disponibles en numérique :
 
Qui est Madame Patterson ? Pourquoi survit-elle à tous les naufrages ? Les hommes peuvent-ils se réconcilier avec le monde de la féerie ?
Théâtres de cendres est un recueil sombre entre fantastique et fantasy, de Karim Berrouka, auteur des Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables ?

 

Lorsque Marine met au monde son petit garçon, celui-ci est rouge. Mais vraiment rouge ! Et cette particularité va faire son cauchemar. Nombreux sont ceux qui voudront le disséquer, en faire un messie, un produit marketing ou un antéchrist à détruire... "L'Enfant rouge" est la première nouvelle d'un recueil qui déborde d'idées toutes plus folles les unes que les autres.
Karim Berrouka convoque des cauchemars, des fantômes, des monstres et pire que tout, des hommes, pour nous faire rire, parfois jaune. Une nouvelle preuve de son talent...

On parle de Permafrost de Stéphane Beauverger

 

Jérémie sur son blog nous parle de la nouvelle "Permafrost" de Stéphane Beauverger, paru dans l'anthologie Contrepoint :

 

"Les personnages sont bien campés avec des personnalités sont fortes et la rudesse des éléments est bien ressentie grâce aux descriptions pourtant courtes. La tension dramatique de la scène est tout de suite intense et le dénouement en est le paroxysme. 

Je suis admiratif : la nouvelle est courte, mais très efficace (...). On est tout de suite dans l’action, rien de superflu ! En peu de mots, Stéphane Beauverger arrive à nous immerger dans un monde bien éloigné de ce que nous vivons aujourd’hui." 

Premiers avis pour les 5 rubans d'or

 

Voici les deux premiers avis pour notre roman de Jack Vance qui vient de paraître, Les Cinq rubans d'or :

 

StepH du blog e-maginaire :

"Les Cinq rubans d'or possède, à mon sens, toutes les qualités d'un grand Jack Vance. En un peu plus de 200 pages, l'auteur parvient à nous brosser un monde haut en couleur, un poil vintage, mais dont on découvre toute la logique et la crédibilité au fur et à mesure de la quête des héros. Paddy et Fay sont deux personnages coquasses qu'on apprend à aimer malgré (ou grâce à) leur défauts. Leurs joutes verbales continues m'ont enchanté tout du long de ce trop court roman ! Entre deux dialogues, l'action s'enchaîne sans temps mort et l'on finit le livre trop vite ! En quelques mots et pour faire bref (j'ai déjà beaucoup dit), je me suis régalé de la sérieuse légèreté de cette œuvre considérée comme l'un des premiers romans de l'auteur et je vous en conseille vivement la lecture afin d'entrer dans le monde de Vance. Mais attention, l'essayer, c'est l'adopter !" 

 

Marc sur son blog :

"Et ce livre qui date de l’âge d’or démontre encore une fois que la science-fiction c’est aussi de l’aventure, du danger, de l’épique, et pourquoi pas du picaresque. Un bon Jack Vance, que je conseillerai à tous ceux qui recherchent un livre de science-fiction pas trop épais, qui va à l’essentiel et que le lecteur aura difficile à quitter avant la dernière page. Il faut juste lire le livre en tenant compte du contexte dans lequel il a été écrit. Un Jack Vance sympa, à lire ou relire. En tout cas, un bon moment de lecture." 

On reparle du Guide la fantasy

Un nouvel avis du Guide à trimbaler de la fantasy par Garlon du site Lire ou mourir :

 

"En bref, vous l’aurez compris, nous avons encore ici un superbe guide, qui fournit encore plus d’informations utiles que « Le petit guide à trimballer de l’imaginaire français », et qui a tout ce qu’il faut pour ravir les fans de fantasy : de quoi découvrir de nouveaux auteurs et de quoi en apprendre plus sur ceux qu’ils connaissent. De plus, quelques fiches hors auteurs très intéressantes vous en apprendront plus sur la fantasy."

Nouveautés numériques de février

Ce mois-ci, cinq sorties : les trois recueils de Sylvie Lainé et deux nouvelles.

 

« Elle venait presque tous les mercredis, à cinq heures. Une belle femme rousse, avec des jambes interminables. Toujours seule. Jamais je n’avais osé lui parler, encore moins m’asseoir à sa table. Elle m’intimidait. » En six nouvelles, Sylvie Lainé explore le thème de la rencontre et de l’autre. Même s’il vient d’ailleurs, cela reste toujours une entité, un être à découvrir et peut-être à aimer. Laissez-vous entraîner vers l’inconnu. Il est tout proche. Il nous connaît déjà... Six textes savoureux de douceur et de précision. Une science fiction sensible, passionnante et intelligente. Née en 1957, Sylvie Lainé a multiplié les nouvelles ces dernières années, accumulant les prix et les récompenses. Voici enfin le premier recueil regroupant une partie de ses meilleurs récits.

 

« L’imprimante se mit à ronronner et crachoter avec une discrétion polie. Serge s’assit dans son lit, le coeur battant à grands coups. La distribution des cartes arrivait toujours de manière inattendue : il avait reçu ses dernières règles de vie seulement vingt jours auparavant. Il décida d’attendre la fin de l’impression pour se lever, réfléchissant aux éléments de sa vie dès à présent modifiés : un nouveau jeu de cartes annulait systématiquement toutes les directives du tirage précédent. » Extrait de « Carte blanche ».

Dans la douceur de ses futurs, Sylvie Lainé nous entraîne le temps de six nouvelles dans son univers riche et personnel empreint d’amour et de liberté. Ses héros sont toujours à la croisée des chemins et, aujourd’hui comme demain, choisir sa voie nécessite des sacrifices. Une science fiction fine et sensible, pure et merveilleuse, toujours très humaniste.

 

Sylvie Lainé se sert de la science-fiction pour décrire comment, avec brutalité ou avec bonheur, en jouant avec le mensonge ou avec notre propre vérité, nous inventons notre rapport à l’autre et notre propre vie. À travers les trois nouvelles de ce recueil, elle nous rappelle que le chemin importe parfois plus que le but, qu’on peut vivre avec un amour perdu en apprenant simplement à marcher à la bonne cadence. Ses personnages nous enseignent de l’intérieur comment on construit ses vérités, couche après couche, comment s’enchaînent les conséquences... et à quoi peuvent conduire les meilleures résolutions.

 

  • "RCW" d'Ayerdhal

Alors qu’il aspire à un réveil tranquille, Tem est parasité par les infos qui annonce la montée en puissance de la FN, la Fiction Nationale. Pire, la radio diffuse un titre d’Anadolou pop qu’il ne connait pas. Bol de soupe, mais que se passe-t-il ? Sa mémoire lui ferait-il défaut ? Voilà bien des mystères à éclaircir, avec ou sans Zamal...

 

Qui est Lili ? Cette petite fille souriante qui aimerait voir la tour Eiffel ? Cette jeune femme qui rêve de cinéma ? Ou cette clocharde alcoolique qui fait peur aux passants ? Lili c’est une vie d’espoirs brisés, une vie que la magie a quittée... A moins que...

Premier avis pour L'Assassinat de la maison du peuple

Première chronique pour la novella de Sylvie Denis, L'Assassinat de la maison du peuple, par Strega sur son blog :

 

"(...) c’est original, vif, plein d‘esprit. J’ai vraiment adoré cette novella. Le texte est assez court, une cinquantaine de pages sur ma liseuse, une trentaine en PDF, mais c’est un récit très bien équilibré. Avec les novellas, même les meilleures, on a souvent une impression de frustration tant on voudrait en savoir plus, mais ce n’est pas le cas pour L’assassinat de la maison du peuple. Une part de cet univers est certes laissée à l’imagination du lecteur, mais l’intrigue est parfaitement développée et très prenante." 

Nouvel avis pour Comme un automate...

Nouvel avis pour le recueil de Laurent Queyssi, Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps sur le Blog Palabres éclectiques : 

 

"Laurent Queyssi a une belle plume, il sait bâtir ses textes (...). Bien des choses m'ont intéressé, m'ont surpris. Laurent Queyssi est assurément un bon auteur. Mais voilà, Laurent Queyssi est aussi un auteur référencé, avec une culture que je n'ai pas, ou pas complètement. (...) J'ai donc eu l'impression gênante de passer à côté (de pleins ?) de choses. Cela ne m'empêchera pas de recommander ce recueil et de guetter le prochain livre de Laurent Queyssi." 

Utopiales 12 : nouvel avis

Lhisbei du RSF Blog nous parle d'Utopiales 12 :

 

"Au final une anthologie qui remplit son rôle : faire découvrir des auteurs de tous horizons et leur vision d'un thème, les origines. Ce thème y est décliné avec beaucoup de liberté, ce qui donne une belle palette de textes que l'on peut classer de "plaisant" à "excellent"." 

Et de deux pour Dragon de glace

Deux chroniques aujourd'hui pour Dragon de glace de George R. R. Martin :

 

 

Mathieu sur GoodReads : "Toutes méritent le coup d'œil, tant la plume de Martin parvient à donner corps à ses personnages et à créer une ambiance en quelques mots. La plus remarquable de mon point de vue est la dernière [Portrait de famille], mettant en scène un romancier qui rencontre ses personnages de romans. Une mise en abîme plaisamment exécutée." 

 

Clair Obscur sur son blog : "- L'homme en forme de poire : La plus grande surprise de ce recueil, après avoir lu deux qui se passaient dans un univers proche de celui déjà créé par Martin, je ne m'attendais pas à basculer dans notre monde d'aujourd'hui et qui plus est, de façon aussi radicale. (...) J'en frissonne encore ! Le dénouement est incroyable au terme d'une tension de plus en plus forte (...)." 

Nouvelle chronique pour Skin Trade

Encore une chronique pour Skin Trade de George R. R. Martin, signée Lullaby sur son blog :

 

"Ici nous avons un apport personnel, une touche d’originalité qui fait du récit un vrai régal ! Et le mariage au polar n’est pas dépareillé, au contraire, on est happé par les événements dès les premières pages. Petit avertissement aux âmes sensibles : quelques scènes sanglantes risquent de vous valoir des cauchemars (surtout si vous les lisez un soir de pleine lune). Une très bonne novella, qui plaira autant aux amateurs de loups-garous que de polars bien noirs, qu’aux lecteurs à la recherche d’un bon récit fantastique mariant originalité et classicisme." 

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53