Actualités

Nouvel avis pour La Chasse sauvage du colonel Rels

Une nouvelle chronique pour le recueil d'Armand Cabasson, La Chasse Sauvage du colonel Rels. Elle est signée Lullaby sur son blog :

 

"Au final, ce recueil empli du fracas des armes explore la psyché de l’âme humaine lorsqu’elle est confrontée à ses instincts les plus noirs, tout en évoquant, ici et là, les plus beaux actes dont elle peut malgré tout faire preuve. Des personnages ambivalents pour beaucoup, complètement corrompus pour certains et innocents pour d’autres, des situations violentes, souvent, sanglantes. Un recueil qui témoigne une fois de plus du talent d’Armand Cabasson. Les âmes sensibles éviteront les nouvelles 1348 et Le Roi Dieu-Loup, qui sont à mes yeux les plus difficiles à lire au vu du niveau de violence décrite, en revanche les autres valent leur pesant d’or, en particulier Giacomo Mandeli et Les Mange-Sommeil." 

Pluie de chroniques pour Chansons de la Terre mourante 1

Alors que nous venons de recevoir le 2e tome, à paraître le 2 octobre, voici plusieurs chroniques du premier volume de Chansons de la Terre mourante, l'anthologie en hommage à Jack Vance :

 

Bruno Para sur la NoosFere :

"Au final, cette anthologie plaira assurément aux fans de Jack Vance : tous les textes parviennent à retrouver (avec plus ou moins de bonheur, certes, mais les nouvelles de Vance lui-même n'étaient pas toutes d'un intérêt identique) la verve du grand baroudeur de l'imaginaire et lui rendent ainsi un bien bel hommage, largement mérité. Si l'on devait en mentionner le dessus du panier, les noms de Silverberg, Williams et Martin viendraient à l'esprit en priorité. Évidemment, on attend avec impatience les deux prochains tiers de ces Chansons de la Terre mourante." 

 

Efelle sur son blog :

"Au final, une anthologie équilibrée qui mérite le détour pour les textes délivrés par les trois maîtres présents." 

 

Georges Bormand sur Phénix-Web :

"Mais, même si aucune des nouvelles de ce premier volume (...) ne dépasse les textes originaux de la saga vancienne, aucune non plus n’est ratée et toutes évoquent avec nostalgie et un certain charme les œuvres de départ." 

 

Rorschach sur Les Chroniques de l'imaginaire :

"J'ai plus qu'aimé ce livre et je suis très heureux que ce soit le tome 1 car cela est synonyme de suite prochaine. Au delà de l'hommage fait à ce grand auteur parti trop tôt, ce recueil est probablement ce que j'ai lu de meilleur depuis dix ans. Le fan de Vance que je suis ne pouvait espérer un meilleur hommage." 

Une de plus pour Le Guide steampunk

Nouvelle chronique pour le Guide steampunk d'Etienne Barillier et Arthur Morgan, signée Ceinwèn de Lire ou mourir :

 

"J'ai aussi bien aimé le fait que le livre n'a pas de parti pris : je veux dire par exemple, dans les films, le guide fait allusion à un film qui n'a pas convaincu les auteurs mais qui présente des caractérisques très intéressantes dans le cadre d'un film aux qualités steampunk. En ce sens, être objectif mais en gardant sa propre opinion, rend l'ensemble de grande qualité et assez confiant." 

On reparle de L'une rêve, l'autre pas

Il y a presque un an paraissait L'une rêve, l'autre pas de Nancy Kress, qui fut un joli succès (son premier tirage est presque épuisé : vous pouvez l'acheter en numérique chez nous ou le commander chez votre libraire préféré). On en reparle à l'occasion d'une critique de Cornwall sur son blog :

 

"Un récit brillant, qui ne se contente pas de soulever les problèmes qu'engendreraient le non sommeil, mais qui aborde les problèmes qu'engendrent une minorité qui dérange. Et mets en lumière les mécanismes qui poussent au communautarisme. Sans oublier de traiter les avantages et les limites de l'individualisme. Bref plein de sujets abordés avec justesse qui poussent à une réflexion approfondie qui va bien au delà du fait qu'une dorme et l'autre pas." 

Premiers avis sur Les Solitudes de l'ours blanc

Plusieurs chroniques à signaler sur le polar de Thierry Di Rollo, Les Solitudes de l'ours blanc.

 

La première est sur le blog d'Unwalkers :

"Et pourtant il en tire une belle histoire, créant une empathie du lecteur aux personnages, il y a aussi une brume comme dans bankgreen, une brume qui se distille dans notre cerveau pour se demander, mais putain, attend qui est qui ? Rajouter à cela un travail de forme judicieux, des chapitres par perso, avec des intermèdes, qui brouillent les pistes. Parfait.

Auteur sous estime du moins je le pense, il frappe fort chez actu SF avec un roman rapide qui se délie, se replie tout au long du fil de la trame."

 

Qui nous offre en prime une interview de l'auteur :

"Sur une trame à deux balles, voire plus si le chargeur était plein, tu éclates le genre de la vengeance. Comment t’as fait, et pourquoi la vengeance ? T’as les dents en ce moment ?

Ce n’est pas la première fois que je traite ce sujet. Déjà, dans « Les trois reliques d’Orvil Fisher », il s’agissait d’une vengeance froide. Pourquoi ce thème? Parce qu’il est d’abord terriblement humain, quoi qu’on en dise; c’est une des principales signatures de notre chère espèce de primates prétendument évolués. Et à ce titre, elle nous renvoie à nous-mêmes, à notre capacité plus ou moins ferme et déterminée à encaisser et passer à autre chose. Certains êtres humains n’arrivent pas à passer à autre chose. Et c’est cette obstination obsessionnelle qui me fascine, toujours vaine mais irrépressible. C’est le côté inéluctable que j’essaie de comprendre. Sans y parvenir, bien sûr, mais ça, c’est une autre histoire."

 

L'autre chronique est à retrouver sur le blog Contre-Critique :

"Toujours sinueux et sombre, "Les Solitudes de l'ours blanc" devient malgré tout lumineux en fin de parcours. Et son côté philosophique ravira les amoureux de la pensée.

Court et dense, ce polar noir est une expérience à tenter."

 

On reparle de Scribuscules

Un petit mot de Siana du site Vampires & Sorcières sur le recueil de Jacques Fuentealba, Scribuscules :

 

"Je me suis plusieurs fois surprise à sourire au fil de cette lecture décousue. Cet ouvrage très difficile à décrire s’est également révélé étrangement poétique. Oui, « étrangement » est bien le mot qui convient… 

Je sais que ça ne plaira pas à tout le monde, mais personnellement j’ai beaucoup apprécié cette lecture décalée. Et je vous quitte avec mon extrait préféré : 

« Tous les artistes géniaux oublient dans leurs remerciements les armées d’anonymes voyageurs du temps, qui ont tout fait pour les maintenir en vie afin qu’ils finissent leurs œuvres maîtresses. »" 

Première chronique pour La Chasse Sauvage

Première chronique pour le recueil d'Armand Cabasson, La Chasse Sauvage du colonel Rels. Elle est signée Taly Lefevre de la librairie l'Antre-Monde :

 

"Le recueil d' Armand Cabasson fait partie des livres qui tiennent une libraire éveillée jusqu'à 2h du matin et qui l'oblige à rédiger sa chronique tout de suite après sa lecture de peur d'oublier l'évocation d'une émotion ! (...) Un recueil qui prend au cœur tant par les sujets abordés que par la psychologie des personnages sanguinaires, désespérés ou sentimentaux."

Nouvelle chronique pour Les Ballons dirigeables

Nouvelle chronique pour Les Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables ? de Karim Berrouka. Elle est signée Stegg de Psychovision :

 

"Les nouvelles sont donc variées et l'humour présent dans les textes comiques varient assez pour offrir de la diversité. Cette dernière est d'ailleurs comblée par les autres textes qui démontrent que Karim Berrouka a une plume variée, passant d'un style et d'un sujet à l'autre sans difficulté."

Deux nouveaux avis pour Le Guide steampunk

Le Guide steampunk d'Etienne Barillier et Arthur Morgan dans le Lanfeust Mag de septembre :

 

 

 

Et sur le blog d'Ariest :

 

"Mais ne croyez pas que vous vous ennuierez en lisant ce guide. Ici, point de formulations pompeuses, le but est vraiment de présenter et de clarifier les choses pour un public sensible au phénomène. (...) J’ai également apprécié que le livre ne limite pas le steampunk à l’univers victorien et tente de montrer qu’il y a énormément de pistes à explorer dans cet univers foisonnant."

 

Nouveautés numériques d'août

Voici nos dernières sorties en terme numérique :

Lorsque la fantasy se perd dans les méandres de l'Histoire...

... on peut voir le roi Peste mener ses troupes dans un Londres ravagé par la maladie. Partir à la rencontre de Giacomo Mandeli, peintre de génie contraint de travailler pour l’Inquisition. Suivre les Vikings de Knut affontant les armées anglo-saxonnes, ou, alors que la guerre de Sécession fait rage, vivre la dernière chasse sanglante du colonel Rels. Russie, Japon, Irlande, Espagne, États-Unis...

Armand Cabasson nous entraîne dans un périple à travers l’Histoire, les légendes et les guerres, pour nous offrir des moments de fantasy forts, puissants, servis par une poésie sauvage.

 

 

Côté exclusivement numérique, on vous propose ce mois-ci deux recueils et une nouvelle :

 

Arpentez les rues d’une Rome antique réinventée en filtrant les odeurs et les rumeurs de la Ville avec Dardanus Philopater. Combattez au côté de Catherine Bonaventure contre l’Anglois. Pratiquez le piratage informatique avec Morgane pour piéger Merlin. Découvrez des fées, des mères cannibales, des amantes tourmentées, une galerie de personnages que vous n’oublierez jamais. Mais méfiez-vous des sortilèges de l'ombre !

 

Eric Boissau aurait pu être conteur. Une ingénuité pétillante l'habite. (Fabrice Colin)

Pour vous, amateurs éclairés, et vous lecteurs ironiques, des créatures de légende, dragons magnifiques, Eric Boissau vous conte ici les lais fort authentiques : La romance d'Armel l'Aspirange et de Balzefer le démon inepte, l'odyssée de Gup l'apprenti chaman et de Khorn le barbare rebelle, la complainte d'Oskar Ratenplumenberg, Chef du Treizième District des Rats Autonomes de Saxe, l'aventure de l'ermite Rasiémus et de Voltana, dont le nom signifie « lame ciselée qui fend la bise et fait sauter les têtes » et enfin, le sort funeste de Krogär VIII, Dernier Prince des Nains Thuniques de Sous le Pain de Sucre... Oyez, oyez les contes à rebours, l'ironie des sorts et le pouvoir des maux...

 

Lorsque Torle s'entiche d'une stripteaseuse dans un club, il sait, il sent que tout va déraper très vite, surtout lorsqu'il décide de travailler avec elle. La jeune femme est diablement séduisante... Sauf que leur prochaine mission est particulièrement dangereuse. Ils doivent entrer dans l'esprit d'un groupe de religieux pour y débusquer un tueur, sans sombrer dans la folie...

Auteur d'un premier roman, Incarnations, aux éditions du Bélial', Xavier Bruce propose avec Beretta Dream une nouvelle très forte, dynamique, parfaitement maîtrisé et que vous n'êtes pas près d'oublier...

 

Le Guide steampunk : trois nouvelles chroniques

Trois nouveaux avis sur le Guide steampunk d'Etienne Barillier et Arthur Morgan :

 

Coup de coeur de la Fnac Reims :

"Un petit guide bien utile sur ce genre hybride et fascinant qui doit autant à Verne qu'à Gibson." 
 
 
Un commentaire sur Amazon :
"ouvrez ce livre et soyez curieux : 
j'ai découvert quelques petits bijoux grâce à ce guide. 
et le tout pour un prix défiant toute concurrence ! 
laissez vous tenter !" 
 
 
Un autre commentaire sur Amazon :
"J'ai beaucoup aimé ce guide. Les textes se reportant au mouvement et les réponses aux questions m'ont vraiment passionnée. (...). Je recommande ce guide à la fois aux passionnés de steampunk, mais également aux néophytes qui sont curieux." 

Pluie de chroniques pour l'antho Coups de coeur des Imaginales

Quatre nouvelles chroniques enthousiastes pour l'anthologie Coups de coeur des Imaginales :

 

Xapur sur son blog :

"Comme toujours, des récits réussis, d’autres moins, mais le solde est très largement positif !" 

 

Endea sur son blog :

"Globalement le recueil de ces nouvelles a été plutôt réussi (...) Des anthologies comme celles-ci j'en redemande !" 

 

Vert sur son blog : 

"Très éclectique, Les coups de cœur des Imaginales est une anthologie bien sympathique à lire." 

 

Lectures trollesques sur son blog :

"Cette anthologie est née d'une idée simple mais excellente : réunir en un seul recueil tous les "coups de cœur" du festival des Imaginales. Je suis heureuse d'avoir retrouvé des auteurs que j'apprécie et d'en avoir découvert de nouveaux, même si certaines nouvelles n'ont pas su me captiver autant que d'autres." 

Première chronique pour Scribuscules

Une chronique pour le recueil de Jacques Fuentealba, Scribuscules, par Falline sur Psychovision.net :

 

"(...) il s'agit avant tout de jouer avec les mots, de faire des calembours, bref de s'amuser avec la langue mais aussi avec des concepts que l'on retrouve très souvent dans la littérature fantastique. Beaucoup d'humour donc et un vrai désir de désacraliser les grands thèmes du fantastique." 

 

 

L'antho des Imaginales sur Elbakin

L'antho des coups de coeur des Imaginales est chroniquée sur Elbakin.net :

 

"Les coups de cœur des Imaginales, recueil réunissant les dix auteurs coups de cœur du festival, s’avère une belle réussite. (...) S’il ne rentre donc pas pour autant dans la catégorie des indispensables, Les coups de cœur des Imaginales représente un « bonus » agréable, que l’on glissera facilement dans son sac de voyage pour en profiter par petites touches. C’est en tout cas une initiative pertinente — à défaut d’être réellement originale — à l’occasion de l’anniversaire d’un festival devenu référence."

 

Trois d'un coup pour Le Guide steampunk

Trois choniques pour le Guide steampunk d'Etienne Barillier et Arthur Morgan :

 

IreneAdler sur Babelio :

"Un guide qui permet de se faire une bonne vision d'ensemble du mouvement."
 
Dionysos89 sur Babelio :
"Un guide pratique et complet donc, un peu long au bout du compte mais tellement riche, et dont le principal défaut est surtout de faire grossir notre future Pile à Lire…" 
 
Chani sur son blog :
"Bien conçu (...) Le guide du steampunk est un concentré très réussi ’informations et de conseils qui donne envie d’aller plus loin. À garder sous le coude pour les choix de lectures futures ;)" 

Deux chroniques pour Chansons de la Terre mourante

Deux nouvelles chroniques pour l'anthologie en hommage à Jack Vance, Chansons de la Terre mourante.

 

Celle de Ptite Trolle sur son blog :

"Ce que j'ai aimé dans cet univers, c'est l'exotisme permanent, avec de grands magiciens qui vivent dans leurs tours au milieu de leurs grimoires et de leurs potions, des démons et des esprits, des lieux grandioses et mystérieux, des artefacts magiques, mais aussi des sorts aux noms farfelus et à l'utilité parfois discutable, des quêtes insolites, et des personnages souvent étonnants. C'est aussi cet état d'esprit général, bien retranscrit dans certaines nouvelles, où l'on hésite entre le désespoir, la fatalité face à une Terre qui se meure, et la volonté de vivre sans penser au lendemain, et donc à rechercher tous les plaisirs de la vie, au détriment parfois de la morale ou du bon sens." 

 

Celle de Noé Gaillard sur le site Murmures :

"Mais j’avoue un grand faible pour les trois dernières nouvelles, peut-être aussi parce qu’elles ont le même traducteur, qui me semblent à la fois plus subtiles et tout aussi classiques - respectueuses et originales à la fois, comme la Silverberg. Les auteurs : Walter Jon Williams, G.R.R. Martin et Jeff Vandermer. Je ne vous les raconte pas. Sachez simplement qu’elles apportent l’indispensable touche de perversité qui donne beaucoup d’intérêt à la magie. L’apprenti architecte d’Abrizonde de W.J. Williams est insidieusement peut-être le pire en matière de fourberie..." 

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53