Actualités

Deux autres avis pour L'Opéra de Shaya

Deux nouveaux avis pour L'Opéra de Shaya de Sylvie Lainé :

 

"Sur quatre nouvelles, L'opéra de Shaya en contient donc trois d'excellente et une quatrième avec d'excellentes propositions de SF. Dans ces quatre textes, vous croiserez donc de nombreux extraterrestres, des décors exotiques, des réflexions, de la cruauté et de l'émotion. La plume de Sylvie Lainé sait ainsi proposer des univers différents et des histoires originales durant chacun des textes présents." 

 

"L’opéra de Shaya, avec ses quelques 100 pages, est un récit tout à fait complet avec un début et une fin, et qui ne laisse ni une impression de trop, ni de pas assez. (...) [J]’apprécie particulièrement cette capacité à écrire un texte aussi riche et passionnant en si peu de pages." 

Trois romans gore en numérique

Sont désormais disponibles en numérique, trois romans gore de Christian Vilà :

 

En voulant remonter un trésor enfoui au milieu de l’océan Pacifique, l’expédition menée par Nordin l’archéologue et par Gladys réveille une force maléfique ancestrale. L’U.S. Sunpearl recueille les survivants du massacre, mais l’horreur continue à se déchaîner à son bord et va se répandre dans tout l’archipel…

 

Le groupe de hard rock « Jack the Knife and the Rippers » tourne son nouveau clip à Paris. Ils réveillent alors malgré eux la Bête et les massacres commencent dans l’entourage du groupe. Comment arrêter la Bête avant qu’elle ne déchaîne l’Apocalypse à leur concert au Zénith de Paris ?

 

La mort noire : une nouvelle drogue révolutionnaire qui fait fureur. Mais quand on retrouve des junkies transformés en tas de chair sanguinolente, Béa et sa bande commencent à se poser des questions. Qui est vraiment Evil, la mystérieuse femme qui leur vend leurs doses ? Et que renferme réellement son sac ?

Deux nouvelles chroniques pour Shaya

Deux nouvelles chroniques pour L'Opéra de Shaya de Sylvie Lainé :

 

"En fait, L’opéra de Shaya mérite votre attention, franchement. Encore une fois, Sylvie Lainé s’impose comme une figure de proue de l’imaginaire français et notamment dans ce format difficile et finalement un peu injustement boudé qu’est la nouvelle. Rien que pour la novella éponyme, le recueil se doit d’être lu. Ajoutez une interview passionnante – comme quoi, Sylvie Lainé elle-même pourrait être bien plus intéressante que son travail ! Oui, c'est possible ! – et il n’y a vraiment plus de raisons de rater cet excellent recueil qui cumule les qualités." 

 

"Avec un coup de cœur pour L’Opéra de Shaya et Un amour de sable, qui, de manière innovante, amènent à s’interroger sur l’altérité absolue, extraterrestre, et sur les sentiments entre des consciences aux matérialités distinctes, le tout dans une ambiance intergalactique." 

Fées, weed & guillotines : 2 nouveaux avis

Deux nouveaux avis pour Fées, weed & guillotines de Karim Berrouka.

 

Le premier dans le Midi Libre :

 

Le second dans la Yozone :

"Sous ses apparences de grosse parodie, avec ses dialogues bien relevés et le rôle prépondérant de l’herbe qui fait rigoler, « Fées, Weed et Guillotines » se révèle un excellent thriller fantastique, dont l’âpreté et la violence-sous-jacente ne sont désamorcés que par cette écriture très maîtrisée, entre humour noir et figures de style aux termes choisis. Un cocktail de genres inclassable, qui nous fait avancer en terrain inconnu, avec comme seules certitudes qu’on n’est pas au bout de nos surprises, et qu’avec un tel bouquin en mains, on ne voudrait être ailleurs pour rien au monde."

Une de plus pour Lancelot

Nouvelle chronique pour l'anthologie Lancelot avec BlackWolf (son blog) :

 

"Entre humour, fantasy, onirisme ou magie chaque texte apporte sa propre pierre à la légende ainsi qu’au personnage et mérite d’être découvert pour peu qu’on s’intéresse à Lancelot." 

Nouvel avis pour Fées, weed & guillotines

Stegg de Psychovision parle de Fées, weed & guillotines de Karim Berrouka :

 

""Fées, Weed et Guillotines" est donc un livre à forte personnalité et qui sait se démarquer des autres romans du genre, s'il appartient vraiment à un genre. C'est plutôt un mélange de divers codes, de diverses histoires qui n'en forme qu'une au final, mais une histoire au ton particulier et rigolard, ne sombrant jamais dans une quelconque gravité, mais mettant souvent à mal le classicisme du polar et son nihilisme. (...) [U]n excellent remède à la morosité !" 

Utopiales 13 en numérique

Quatre nouvelles de l'anthologie Utopiales 13 sont désormais disponibles en numérique, au prix de 0.99 € chaque.

 

"À MANGER
DU TRAVAIL OU DES INDEMNITÉS DÉCENTES
STOP AU CHÔMAGE
RECONVERSION IMMÉDIATE
DES INDUSTRIES DE GUERRE
LA COURSE À L’ESPACE ON S’EN FOUT
OLIVEIRA ÉCOUTE LA VOIX DU PEUPLE"
 
Pour régler les problème de chômage, des missions sur Mars sont organisées, afin d'exploiter ses sous-sols. Steve fait partie des volontaires : selon son contrat, il doit rester trois ans dans les mines de la planète rouge. Mais rapidement, alors que les conditions de travail sont dignes d'un bagne, le doute s'installe : pourquoi n'y a-t-il pas le moindre gramme de fer dans les roches qu'ils exploitent ? Et pourquoi fait-on croire aux Terriens que leur vie sur Mars est idyllique ?
 
"À l’instant de prononcer le mot rédacteur, Apollon perçut que ça sonnait mal. Il aurait dû dire qu’il était prêt à assumer un poste de rédactrice, bien sûr… La masculinisation du nom, qu’il avait utilisée malgré ses nombreuses répétitions, venait de trahir son androcentrisme."
 
Apollon est chroniqueur pour le journal Vert Dur. Afin de payer les frais liés au décès de son fils, il espère pouvoir décrocher une promotion. Malheureusement, le poste de rédactrice lui passe sous le nez... du fait de son sexe. Car dans le Paris de Stéphane Beauverger, ce sont les femmes qui ont le pouvoir.
 
"Selon toute vraisemblance, les IA ne voulaient qu’une chose : améliorer notre qualité de vie. Malheureusement pour nous, elles s’y prirent vraiment très mal."
 
Chine, 2050. Zhao Fuhua et son père mettent au point la première intelligence artificielle. Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que le destin de l'humanité est sur le point de basculer.

 

"Je me souviens d’un autre temps. Quand on n’avait pas besoin de réciter le contrat qu’une machine enregistrait, quand les articles dans un magasin n’étaient pas obligés d’annoncer leur prix de vente, quand on pouvait apprendre un sujet en l’étudiant dans un livre au lieu de se le faire expliquer, quand l’actualité se déclinait en nouvelles imprimées sur l’écran d’une tablette, bref, quand la parole humaine habillait le monde d’une seconde peau si bien écrite de partout que la nudité des objets n’offensait pas ma pudeur d’écrivain habitué à vêtir de mots tout ce qui m’entoure."
 
Il est écrivain mais a choisi de devenir illettré, dans ce monde désormais régit par l'oralité. Jusqu'au jour où il reçoit dans une chemise un curieux message...

Lancelot : 3e round

Et de trois pour l'anthologie Lancelot avec cette fois la chronique du Bibliocosme sur son blog :

 

"Une anthologie divertissante rendant un bel hommage à ce personnage ambiguë de la légende arthurienne par le biais de certains des auteurs les plus en vogue au sein des littératures de l’imaginaire."

L'Evangile cannibale

Beaucoup de chroniques et de sélection pour L'Evangile cannibale de Fabien Clavel, qui continue de faire parler de lui !

 

 

 

"Avec « L'évangile cannibale » Fabien Clavel signe un roman post-apo d'une grande originalité et qui n'hésite pas à malmener les codes du genre, le tout pour le plus grand bonheur du lecteur qui se laisse prendre au jeu avec enthousiasme. Paris, des zombies, des vieux, du gore, du cynisme... : un sacré cocktail que l'auteur a dosé à la perfection et auquel on voudrait bien encore goûter !" 

 

"Un roman qui se lit vite, et d’où l’on ne sort pas indemne, voici encore un livre de qualité tout en restant original, que la maison d’édition ActuSF nous propose, et cela pour notre plus grand bonheur. Je n’ai qu’un conseil, lisez-le !" 

 

"Fabien Clavel (... ) signe effectivement avec « L’évangile cannibale » un récit post-apocalyptique aussi ébouriffant que férocement satirique. (...) Le tout donne un épatant petit roman qui flatte autant notre sens de l’humour et notre soif de suspense que notre orgueil franchouillard : extrêmement divertissant !" 

 

"Drôle et décalé, ce livre ravira les amateurs de romans de survie en milieu hostile… s’ils ont le cœur bien accroché !" 

Le Guide steampunk de nouveau disponible + nouvel avis

Bonne nouvelle pour ceux qui n'auraient pas pu se procurer à temps leur exemplaire : Le Guide steampunk est de nouveau disponible. Pas de nouveau carton caché découvert inopinément, non non. Juste une réimpression... Il était temps, vu son succès !

 

On en profite pour signaler la chronique de Temps de livre :

 

"Alors que la collection des "petits guides" ne correspondait pas forcement à mes attentes, Le Guide Steampunk s'avère une véritable mine. Les auteurs s'éloignent des chemins balisés pour nous faire découvrir des endroits inconnus et, comble d'un guide, nous encourage à continuer la recherche par nous-mêmes. A posséder et à offrir."

 

Deux avis pour Fées, weed & guillotines

Si les premières pages de Fées, weed & guillotines de Karim Berrouka ne vous ont pas encore décidé à sauter le pas, ces deux chroniques vous y aideront sûrement !

 

"Fées, Weed et Guillotines est un roman vraiment récréatif qui cultive un humour intelligent. Tout en nous proposant une véritable intrigue policière au final original, il parvient à nous amuser de situations saugrenues et de réactions étranges." 

 

"Karim Berrouka nous permet une incursion dans une période de l'histoire française assez peu visitée en fantasy, il me semble, la Révolution Française. (...) Bon donc cette période est agréablement traitée par l'auteur et on aimerait même y rester plus longtemps. Parce que l'intérêt de ce roman, c'est son modernisme en fait. Et pour une non fan de polars comme moi, j'ai vraiment apprécié le ton choisi, les rebondissements et les personnages immédiatement très vivants." 

Premier avis pour Shaya

C'est Jeanne-A Debats qui ouvre le bal des chronique de L'Opéra de Shaya de Sylvie Lainé :

 

"Non, Sylvie Lainé, ça n’est pas simplement, une de nos meilleures novellistes française, voire LA meilleure, non. Elle est, en toute transparence, la Ligne Claire de la science-fiction française." Jeanne-A Debats sur son blog

Premier avis pour Lancelot !

La première chronique de Lancelot est signée Joyeux Drille sur son blog :

 

"Je me suis bien amusé en lisant ces neuf nouvelles si variées, si différentes, tant dans le fond que dans la forme. Qu'elles soient sérieuses ou beaucoup plus délirantes, qu'elles jouent sur les mythes tels qu'ils sont racontés ou qu'elles s'en écartent, toutes apportent des carreaux de mosaïques qui forment un portrait de Lancelot. Un énième regard sur ce personnage, afin de nourrir encore le mythe." 

 

L'anthologie sera disponible en papier et en numérique le 17 avril... et en avant-première ce week-end à Toulouse !

L'Evangile cannibale dans la Yozone

Une critique super positive de L'Evangile cannibale de Fabien Clavel dans la Yozone, signée Nicolas Soffray :

 

"Et quand enfin tout cela s’arrête, on pourra reprendre son souffle, fermer les yeux. Laisser échapper un "whaaou" de respect mêlé de soulagement. Lâcher un merci à Fabien Clavel de nous avoir secoué comme ça, violemment sur la forme, intelligemment sur le fond, pendant quelques heures d’une lecture intense et dérangeante."

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53