Editions ActuSF
www.editions-actusf.fr

 
Maudit soit l'Éternel suivi de Dieu n'a pas que ça à foutre de Thierry MARIGNAC

green  Disponible
Version papier
Prix de vente : 6,10 €




Couverture : Christian LESOURD

Parution : mai 2008
Nombre de pages : 80
ISBN : 978-2-917689-01-1

Thématiques :

  • Recueil
  • Science-Fiction
  • Humour

  • Ce livre est également
    disponible en version numérique.

    Maudit soit l'Éternel suivi de Dieu n'a pas que ça à foutre

    de Thierry MARIGNAC

    « Aimez-vous les uns les autres ! ». Moi j’veux bien, mais allez dire ça à ceux d’en face !

    Notez-bien que niveau probité un grand mufti ça cote pas beaucoup plus qu’un archevêque. C’est pas du blanc-bleu. Résultat, c’est toujours le pauvre couillon – Chrétien Multi-Culte ou Musul – qui marne dans le no man’s land, à écoper les conneries des générations passées. Alors quoi... faut bien se débrouiller. Trouver de l’intérêt où y a guère que d’la misère humaine ma pauv’ dame. Pimenter la chose. Et ça c’est sûr, que pour pimenter la chose, la vocation missionnaire de l’épiscopat Multi-culte nous est d’un Grand Secours.

    Longtemps pilier de la collection « Rivage Noir », auteur en 1988 du très controversé Fasciste, mais aussi traducteur de l’anglais (Bruce Benderson, Jim Carroll...) et du russe, grand voyageur, Thierry Marignac signe ici « son unique incursion dans le domaine de la SF ». Une politique fiction théosophique déjantée, qui revisite avec un humour acide le thème des guerres de religions. Deux nouvelles, entre Robert Sheckley et Fredéric Dard, aussi subversivement jouissives qu’une photo de Paul Claudel en pleine bacchanale dans la Chambre japonaise du Chabanais.

    Sommaire

    • Maudit soit l'Éternel de Thierry MARIGNAC
    • Dieu n'a pas que ça à foutre de Thierry MARIGNAC

    Bonus

    Revue de presse :

    "Pour contrer l’excès de domination ecclésiastique, la solution consiste à semer le bordel, semble nous dire Thierry Marignac. Pour ses héros, tous les moyens sont bons, surtout s’ils en tirent un bénéfice. Le désordre et la confusion supposant une narration débridée, voire saccadée, les amateurs d’histoires linéaires seront déroutés. Les autres adoreront sans nul doute. Il n’est pas si fréquent qu’un auteur sache traiter avec humour le thème de la religion, profitons-en ! " Claude LE NOCHER sur son blog

    "C’est férocement bien ! Très drôle, ça ne laisse pas en repos une seule seconde et ça fuse et explose de partout comme une grenade lancée dans la vitrine d’un grand magasin. Du coup j’ai bien envie de m’intéresser au reste de l’oeuvre de cet auteur... " Fred Combo sur le forum d’Actusf

    "C’est bien, c’est fun, c’est léger, ça se lit rapidement, idéal pour faire une pause entre deux pavés (Kane et Dracula pour ma part). (...) Bref, ca m’a plu. Et mes félicitations à Thierry Martignac qui s’est laissé tenté par la SF le temps de ces deux nouvelles. Ils ne sont pas nombreux ceux d’en fasse à s’y risquer, respect pour ça." Simon Sanahujas sur le forum d’Actusf

    "Une nouvelle de politique-fiction qui s’amuse ferme avec la thématique des guerres de religion, ce n’est pas banal, surtout quand c’est l’œuvre d’un auteur plus connu dans la sphère du polar" Solaris

    "Charge féroce contre les religions de tout poil, ce diptyque est éminemment jouissif : grâce à ses personnages, tous plus tordus les uns que les autres, ils se jouent des tours pendables à qui devraient sérieusement vous décontracter les zygomatiques ; par l’inventivité de tous les instants — ça débourre à deux cent à l’heure — dont fait preuve Marignac dans la description de la société ; et, enfin, en raison du style de l’auteur dont les protagonistes s’expriment avec une gouaille irrésistible, dans un argot savoureux. Bref, première excursion dans le domaine de la SF, mais une voix déjà inimitable dans ce paysage souvent bien sage. Et puis, si vous craignez les foudres divines du fait de lire cette satire — et d’en hurler de rire — , rassurez-vous, Dieu ne s’apercevra pas de votre hérésie : Il n’a pas que ça à foutre" Bruno Para, Noosfere.